AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FilledelaTerre
Admin
avatar

Nombre de messages : 4128
Age : 48
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 16/03/2007

MessageSujet: Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes   Lun 11 Juin - 13:37


_________________




Tout ce que fait un indien, il le fait dans un cercle.

Il en est ainsi parce que le Pouvoir de l'Univers opére toujours en cercles et que

Toutes choses tend à être ronde.

Dans les temps anciens, lorsque nous étions un peulple heureux et fort,

Notre pouvoir nous venait du cercle sacré de la nation,

Et tant qu'il ne fut pas brisé, notre peuple a prospéré.

Tout ce que fait le Pouvoir de l'Univers sa fait dans un cercle.

Le cercle est rond et j'ai entendu dire que la Terre est ronde comme une balle

Et que toutes les étoiles le sont aussi.

Le vent, dans sa plus grande puissance, tourbillonne. Les oiseaux font leur nid en rond,

Car leur religion est la même que la nôtre. Le soleil s'éléve et redesecnd dans un cercle.

La lune fait de même, et ils sont ronds l'un et l'autre.

Même les saisons, dans leur changement, forment un grand cercle et reviennent toujours

Où elles étaient. La vie d'un homme est un cercle d'enfance à enfance, et ainsi en est-il de

Toute chose où le Pouvoir se meut. Aussi nos tentes étaient rondes comme les nids des

Oiseaux et toujours disposées en cercle, le cercle de la nation, nid fait de nombreux nids

Où nous couvions nos enfants selon la volonté du Grand Esprit


Elan Noir - Indien sioux ogala



Dernière édition par le Lun 22 Oct - 20:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://filledelun.over-blog.com/
FilledelaTerre
Admin
avatar

Nombre de messages : 4128
Age : 48
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 16/03/2007

MessageSujet: Re: Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes   Lun 11 Juin - 13:41



On ignore toujours ce que l'on possède,


jusqu'au jour où on le perd.


N'exigeons jamais des autres


ce que nous ne sommes pas prêts à donner nous-mêmes.




Chief Joseph











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://filledelun.over-blog.com/
FilledelaTerre
Admin
avatar

Nombre de messages : 4128
Age : 48
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 16/03/2007

MessageSujet: Re: Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes   Lun 11 Juin - 13:44






Nous rendons grâces à notre mère la Terre qui nous soutient.

Nous rendons grâces aux riviéres et aux ruisseaux qui nous donnent l'eau.

Nous rendons grâces à toutes les plantes qui nous donnent les remédes contre nos maladie.

Nous rendons grâces au maïs et à ses soeurs les fèves et les courges, qui nous donnent la vie.

Nous rendons grâces aux haies et aux arbres qui nous donnent leurs fruits.

Nous rendons grâces au vent qui remue l'air et chasse les maladies.

Nous rendons grâces à notre grand père Hé-No, pour avoir protégé ses
petits enfants des sorcières et des reptiles, et nous avoir donné sa
pluie.

Nous rendons grâces au soleil qui a regardé la terre d'un oeil bienfaisant.

Enfin, nous rendons grâces au Grand Esprit en qui s'icarne toute bonté et qui mène toutes choses pour le bien de ses enfants.


Priére iroquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://filledelun.over-blog.com/
FilledelaTerre
Admin
avatar

Nombre de messages : 4128
Age : 48
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 16/03/2007

MessageSujet: Re: Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes   Lun 11 Juin - 13:57





Legende Indienne :



A l'aube des temps, dans les grandes plaines,les esprits avaient
crée la terre, l'herbe, le bison, le loup, l'aigle et bien d'autres
choses, mais ils n'avaient pas crée les Sioux.


Les grandes plaines étaient calmes, les animaux heureux, les esprits tranquilles.


Mais Kawasma, l'Esprit Rêveur, trouvait ce monde ennuyeux.

Il se mit alors à rêver et il rêva de créatures qui marchaient sur
deux pattes. qui avaient de longs cheveux noirs et qui n'étaient pas
comme tous les autres animaux. Ils portaient, comme les esprits, des
vêtements de peau. Ils habitaient dans de grands nids qu'ils
construisaient et qu'ils appelaient des tipis. Certains d'entres eux
parlaient la langue des Esprits. et les autres parlaient une langue
compliquée, très différente de celle des animaux. Mais surtout ces
créatures aimaient rêver et faire de grandes fêtes.


Kawasma cessa de rêver et se dit qu'il fallait qu'il crée ces êtres.

Il prit une poignée de terre, de la peinture noire, des peaux et de
longues herbes. Il faconna la terre et fit un corps. Il mit sur la tete
de cette créature l'herbe qu'il peignit ensuite en noir. Il peignit
aussi les yeux. Il fabriqua des habits avec les peaux et vêtit la
créature. Il la posa devant lui et satisfait la complenta quelques
secondes avant de dire " Dans mon rêve, il y avait une créature qui
ressemblait à celle ci, mais pas tout à fait ". Il prit alors le reste
de terre et créa un corps plus beau, aux traits plus fins. Il lui mit
de longs cheveux qu'il tressa et l'habilla d'une longue et somptueuse
tunique. Enfin il lui peignit les yeux. Il la posa à côté de l'autre
créature et dit "voilà, c'est exactement comme dans mon rêve". Puis il
décida que l'homme et la femme naitraient au crépuscule.


Ce fut ainsi que l'homme et la femme furent crée.

Dans les grandes plaines, l'aigle planait dans le soleil couchant et
l'eau de la rivière s'agitait. Les animaux s'affolaient et se
dispersaient. Lorsque le soleil toucha l'horizon, il se fendit et
l'homme en sortit. Il s'approcha de la rivière. De l'eau qui ondulait
en sortit la femme comme un rayon de lumière et de beauté et elle
rejoignit l'homme. Venant de nulle part, une voix dit alors .

"Je suis Kawasma, l Esprit Rêveur, c'est moi qui vous ai crées.
Vous êtes les premiers Sioux. Toi, l'homme, à présent tu t'appelles
Sobandko-Thai-Hi,"Fil du Soleil", et, femme, tu t'appelles, Shaina
"Rayon du Soleil".


Merci de nous avoir donné la vie, Esprit, dit Sobandko-Thai-Hi,

Que veux tu en échange ?

"Je voudrais que vous fassiez à chaque neige, une grande fête pour
rappeler ce jour solennel, qui est celui de votre naissance. Je
voudrais aussi que vous n'arretiez pas de rêver et que vous respectiez
la nature, que vous viviez en harmonie avec elle."

" Moi, Shaina, je veillerais a ce que cela soit respecté". Le
lendemain Sobandko-Thai-Hi et Shaina construisirent un tipi, allèrent à
la chasse, firent à manger et rêvèrent.


Dans les grandes plaines, l'aigle planait dans le soleil couchant.


Sobandko-Thia-Hi et Shaina regardèrent le ciel et dirent :


"La vie est merveilleuse, Kawasma, merci".

Depuis ce jour, dans les grandes plaines, l'aigle a plané souvent
dans le soleil couchant. A chaque neige, les Sioux font une grande fête
en l'honneur de Kawasma. Du haut des cieux, l'Esprit Rêveur les
contemple en souriant....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://filledelun.over-blog.com/
FilledelaTerre
Admin
avatar

Nombre de messages : 4128
Age : 48
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 16/03/2007

MessageSujet: Discour du chef indien Seattle au president....   Dim 16 Sep - 16:08

" Prenez le temps, même si
ça vous paraît long, de lire cette belle et longue complainte, celle du
chef indien Seattle, des plaines du nord-ouest américain. Il répond par
ces propos, en 1884, au président des Etats Unis de l’époque, Grover
Cleveland, qui proposait une ‘réserve’ aux tribus indiennes en échange
de l’achat de tous leurs territoires. Plus qu’un plaidoyer pour la
nature et le respect de chacun, c’est un des derniers vestiges de
l’humanité. Nos habitudes et notre société de consommation nous ont
dépouillés du peu d’humanité-innée qui nous restait ...



"
Nous savons que l'homme blanc ne comprend pas nos mœurs. Une parcelle
de terre ressemble pour lui à la suivante, car c'est un étranger qui
arrive dans la nuit et prend à la terre ce dont il a besoin. La terre
n'est pas son frère, mais son ennemi, et lorsqu'il l'a conquise, il va
plus loin. Il abandonne la tombe de ses aïeux, et cela ne le tracasse
pas. Il enlève la terre à ses enfants et cela ne le tracasse pas. La
tombe de ses aïeux et le patrimoine de ses enfants tombent dans
l'oubli. Il traite sa mère, la terre, et son frère, le ciel, comme des
choses à acheter, piller, vendre comme les moutons ou les perles
brillantes. Son appétit dévorera la terre et ne laissera derrière lui
qu'un désert.

Je ne sais pas. Nos mœurs sont différentes des
vôtres. La vue de vos villes fait mal aux yeux de l'homme rouge. Mais
peut-être est-ce parce que l'homme rouge est un sauvage et ne comprend
pas.

Il n'y a pas d'endroit paisible dans les villes de l'homme
blanc. Pas d'endroit pour entendre les feuilles se dérouler au
printemps ou le froissement des ailes d'un insecte. Mais peut-être
est-ce parce que je suis un sauvage et ne comprends pas. Le vacarme
semble seulement insulter les oreilles. Et quel intérêt y a-t-il à
vivre si l'homme ne peut entendre le cri solitaire de l'engoulevent ou
les palabres des grenouilles autour d'un étang la nuit ? Je suis un
homme rouge et ne comprends pas. L'indien préfère le son doux du vent
s'élançant au-dessus de la face d'un étang, et l'odeur du vent
lui-même, lavé par la pluie de midi ou parfumé par le pin pignon.

L'air
est précieux à l'homme rouge, car toutes choses partagent le même
souffle - la bête, l'arbre, l'homme, ils partagent tous le même
souffle. L'homme blanc ne semble pas remarquer l'air qu'il respire.
Comme un homme qui met plusieurs jours à expirer, il est insensible à
la puanteur. Mais si nous vous vendons notre terre, vous devez vous
rappeler que l'air nous est précieux, que l'air partage son esprit avec
tout ce qu'il fait vivre. Le vent qui a donné à notre grand-père son
premier souffle a aussi reçu son dernier soupir. Et si nous vous
vendons notre terre, vous devez la garder à part et la tenir pour
sacrée, comme un endroit ou même l'homme blanc peut aller goûter le
vent adouci par les fleurs des prés.

Comment pouvez-vous acheter
ou vendre le ciel, la chaleur de la terre ? L'idée nous parait étrange.
Si nous ne possédons pas la fraîcheur de l'air et le miroitement de
l'eau, comment est-ce que vous pouvez les acheter ?

Chaque
parcelle de cette terre est sacrée pour mon peuple. Chaque aiguille de
pin luisant, chaque rive sableuse, chaque lambeau de brume dans les
bois sombres, chaque clairière et chaque bourdonnement d'insecte est
sacré dans le souvenir et l'expérience de mon peuple. La sève qui coule
dans les arbres transporte les souvenirs de l'homme rouge.

Les
morts des hommes blancs oublient le pays de leur naissance lorsqu'ils
vont se promener parmi les étoiles. Nos morts n'oublient jamais cette
terre magnifique, car elle est la mère de l'homme rouge. Nous sommes
une partie de la terre, et elle fait partie de nous. Les fleurs
parfumées sont nos sœurs; le cerf, le cheval, le grand aigle, ce sont
nos frères. Les crêtes rocheuses, les sucs dans les prés, la chaleur du
poney, et l'homme - tous appartiennent à la même famille.

Aussi
lorsque le Grand Chef à Washington envoie dire qu'il veut acheter notre
terre, demande-t-il beaucoup de nous. Le Grand Chef envoie dire qu'il
nous réservera un endroit de façon que nous puissions vivre
confortablement entre nous. II sera notre père et nous serons ses
enfants. Nous considérerons donc, votre offre d'acheter notre terre.
Mais ce ne sera pas facile. Car cette terre nous est sacrée.

Cette
eau scintillante qui coule dans les ruisseaux et les rivières n'est pas
seulement de l'eau mais le sang de nos ancêtres. Si nous vous vendons
de la terre, vous devez vous rappeler qu'elle est sacrée et que chaque
reflet spectral dans l'eau claire des lacs parle d'événements et de
souvenirs de la vie de mon peuple. Le murmure de l'eau est la voix du
père de mon père.

Les rivières sont nos frères, elles étanchent
notre soif. Les rivières portent nos canoës et nourrissent nos enfants.
Si nous vous vendons notre terre, vous devez désormais vous rappeler,
et l'enseigner à vos enfants, que les rivières sont nos frères et les
vôtres, et vous devez désormais montrer pour les rivières la tendresse
que vous montreriez pour un frère.

Nous considérerons donc votre
offre d'acheter notre terre. Mais si nous décidons de l'accepter, j'y
mettrai une condition : l'homme blanc devra traiter les bêtes de cette
terre comme ses frères.

Je suis un sauvage et je ne connais pas
d'autre façon de vivre. J'ai vu un millier de bisons pourrissant sur la
prairie, abandonnés par l'homme blanc qui les avait abattus d'un train
qui passait. Je suis un sauvage et ne comprends pas comment le cheval
de fer fumant peut être plus important que le bison que nous ne tuons
que pour subsister.

Qu'est-ce que l'homme sans les bêtes? Si
toutes les bêtes disparaissaient, l'homme mourrait d'une grande
solitude de l'esprit. Car ce qui arrive aux bêtes, arrive bientôt à
l'homme. Toutes choses se tiennent.

Vous devez apprendre à vos
enfants que le sol qu'ils foulent est fait des cendres de nos aïeux.
Pour qu'ils respectent la terre, dites à vos enfants qu'elle est
enrichie par les vies de notre race. Enseignez à vos enfants ce que
nous avons enseigné aux nôtres, que la terre est notre mère. Tout ce
qui arrive à la terre, arrive aux fils de la terre. Si les hommes
crachent sur le sol, ils crachent sur eux-mêmes.

Nous savons au
moins ceci : la terre n'appartient pas à l'homme, l'homme appartient à
la terre. Cela, nous le savons. Toutes choses se tiennent comme le sang
qui unit une même famille. Toutes choses se tiennent.

Tout ce
qui arrive à la terre, arrive aux fils de la terre. Ce n'est pas
l'homme qui a tissé la trame de la vie : il en est seulement un fil.
Tout ce qu'il fait à la trame, il le fait à lui-même.

Même
l'homme blanc, dont le Dieu se promène et parle avec lui comme deux
amis ensemble, ne peut être dispensé de la destinée commune. Après
tout, nous sommes peut-être frères. Nous verrons bien. Il y a une chose
que nous savons, et que l'homme blanc découvrira peut-être un jour,
c'est que notre Dieu est le même Dieu. Il se peut que vous pensiez
maintenant le posséder comme vous voulez posséder notre terre, mais
vous ne pouvez pas. Il est le Dieu de l'homme, et sa pitié est égale
pour l'homme rouge et le blanc. Cette terre Lui est précieuse, et nuire
à la terre, c'est accabler de mépris son créateur. Les blancs aussi
disparaîtront ; peut-être plus tôt que toutes les autres tribus.
Contaminez votre lit, et vous suffoquerez une nuit dans vos propres
détritus.

Mais en mourant vous brillerez avec éclat, ardents de
la force du Dieu qui vous a amenés jusqu'à cette terre et qui pour
quelque dessein particulier vous a fait dominer cette terre et l'homme
rouge. Cette destinée est un mystère pour nous, car nous ne comprenons
pas lorsque les bisons sont tous massacrés, les chevaux sauvages
domptés, les coins secrets de la forêt chargés du fumet de beaucoup
d'hommes et la vue des collines en pleines fleurs ternies par des fils
qui parlent. Où est le hallier ? Disparu. Où est l'aigle ? Disparu.

La fin de la vie et le début de la survivance."



---------------------------------------------------------
Site http://terresacree.org/
Langue originale: anglais
diffusion : http://lumiweb.org
Vous pouvez diffuser ce message à condition que l'intégralité en soit
conservée y compris ces quelques lignes.
Pour envoyer des messages à diffuser, veuillez formater vos messages
ainsi avec la source, les crédits de traduction éventuelle et ces
lignes présentes encadrées par deux lignes de traits d'union, merci.
----------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://filledelun.over-blog.com/
petite lumière
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6965
Age : 65
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes   Dim 16 Sep - 22:16

que de souffrances ce peuple a connu!!!
pour arriver à faire comprendre ses valeurs, si profondes,
je pense qu'aujourd'hui seulement,
les esprits s'ouvrent réellement sur les connaissances et les messages transmis par ces peuplades très avancées spirituellement
(cela me fait également penser au peuple tibétain)
:smiel coeur: :smiel coeur: :smiel coeur:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-lumiere.forumsdediscussions.net
Luna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3383
Age : 52
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes   Lun 17 Sep - 20:02

:mer_: Sylvie :terreCoeur:

Le monde est né de l'amour
Il est soutenu par l'amour
Il va vers l'amour
Et il entre dans l'amour

Les Upanishad

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3383
Age : 52
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes   Mer 31 Oct - 17:01

Les oiseaux quittent la Terre avec leurs ailes et nous, les hommes, pouvons également quitter ce monde, non pas avec des ailes mais dans l'esprit.
Black Elk Héhata Sapa (1863-1950) Guérisseur Sioux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pensées, prières,sitations, histoires Indiennes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La chouette au renard … 3 histoires chouettes !
» une petite pensée pour notre défunt ami Jean-Marie ....
» une petite pensée....
» Insolite : images, vidéos, histoires
» les pensées secrètes des étalons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Temple du partage des thèmes :: les thèmes à partager, de A à Z.. de 0 à l'infini... :: Le peuple indien-
Sauter vers: