AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 E.M.I / N.D.E

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luna
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3383
Age : 52
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: E.M.I / N.D.E   Sam 13 Oct - 22:41

Le psychiatre Raymond Moody, auteur de " La vie après la vie " proposa, en 1975, un schéma-type du déroulement de la N.D.E. ou E.M.I

D'autres médecins étudièrent sérieusement le phénomène décrit dans " La vie après la vie " et publièrent, eux-aussi, les compte rendu de leurs investigations qui confortèrent les écrits de Raymond Moody. Les récits offraient suffisamment de concordances pour justifier d'en regrouper les traits communs au sein d'un modèle standard, conforme à celui proposé par Moody.
Se basant sur le témoignage de plusieurs «ressuscités», le Dr Moody décrit ainsi l'expérience type de vie extra-corporeile:

• Vous êtes mourant. Alors que la souffrance atteint son point culminant, vous entendez le médecin vous déclarer mort.
• Vous entendez un son désagréable - un bourdonnement ou un tintement - puis vous sentez que vous passez rapidement par un long tunnel sombre.
• A la sortie, vous vous rendez compte que vous êtes toujours au même endroit - mais hors de votre corps. Vous regardez le docteur et les infirmières qui tentent de réanimer ce qui était votre corps.
• D'autres viennent vous secourir, les esprits d'amis et de parents décédés et un «être de lurrière» qui projette autour de lui chaleur et amour.
• L'être de lumière vous pose une question sur la valeur de votre vie, et instantanément, tout votre passé se déroule devant vos yeux comme un film.
• Vous vous voyez approcher d'une barrière - apparemment la frontière entre la vie d'ici-bas et l'au-delà - mais vous prenez conscience qu'il vous faut faire demi-tour: votre vie n'est pas terminée.
• Vous résistez, mais vous êtes obligé de réintégrer votre corps -et vous reprenez conscience.

La perception de la mort

L'arrivée dans l'autre monde comporte différents éléments qui prennent place -à différents moments. Mais leur ordre de succession peut varier, et selon les circonstances certains éléments peuvent manquer. Il n'y a pas là contradiction entre les témoignages ou incohérence. Simplement, la réalité elle-même s'adapte indéfiniment à chaque cas particulier. La perception de sa propre mort

Le plus souvent c'est le sujet lui-même qui prend conscience de sa " mort ". Cette pensée s'accompagne d'un vif étonnement, sans aucune affliction . Des témoignages montrent que la prise de conscience de sa propre mort n'est ni instantanée, ni systématique. D'autres personnes demeurent quelque temps dans le doute ou bien, plus rarement, n'ont à leur retour aucun souvenir d'avoir été " mortes ".

Sensation de paix

Je me souviens uniquement de cette sensation de beau absolu. De paix... et de bonheur ! Oh ! D'un si grand bonheur... le soulagement... La peur n'existait plus".
Cette sensation de calme parfait est bien entendu renforcée par la complète disparition de la douleur physique. À ce stade prédomine un sentiment de légèreté, de relaxation totale, de bien-être... On évoque parfois une impression de ne plus être en union avec son corps, de ne plus le percevoir comme le support de sa propre pensée.

Eléments sonores

Si quelques rescapés évoquent un épisode sonore, la grande majorité, en revanche, ne remarque rien de particulier à ce propos. Certains affirment même n'avoir connu qu'un silence absolu, " grandiose " disent-ils parfois.
Cette composante sonore, souvent associée à la phase du tunnel, représente un élément charnière qui précède généralement la décorporation .

La décorporation

Il n'est pas rare d'entendre évoquer la sensation d'être projeté hors de son corps. D'une façon ou d'une autre, la conscience s'élève puis se stabilise généralement à une hauteur qui varie de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres. Elle " flotte " alors au-dessus du corps, un peu à la manière d'un astronaute dans le vide spatial.
Le plus souvent elle est localisée au niveau du plafond, mais elle peut également se situer dans un endroit quelconque de la pièce ou de l'environnement immédiat du corps, voire à plus grande distance, de préférence en hauteur.

Le tunnel

La rapidité du déplacement varie selon les récits : d'une allure modérée (escalator ou ascenseur) jusqu'à la vitesse de la lumière (fréquemment citée), en passant par la sensation d'aller très vite tout simplement.

Les lieux les plus fréquemment dépeints par ceux qui ont atteint ce stade de l'EMI ont pour caractéristique commune l'obscurité : tunnel, vallée, immense tuyau ou tube, couloir, entonnoir, espace vide et infini, etc.Quelques expérienceurs déclarent avoir éprouvé le sentiment diffus d'une présence qui les aurait accompagnés et rassurés, alors que d'autres l'ont nettement identifiée à un (ou des) guide(s) .

Les ames en peine

Ces âmes égarées ? Les personnages avaient un aspect plus humanisé (...) mais aucun n'avait une forme tout à fait humaine comme nous. (...) dans cet endroit particulier tout était d'un gris terne, très triste. Ils paraissaient hésiter, ils regardaient en arrière (...) Ils avaient l'air de planer ; leur regard était toujours tourné vers le bas, jamais en haut. (...) ils avaient l'air abattu, accablé, gris. Extrêmement désorientés. On les voyait en train d'essayer d'établir le contact, mais personne ne se rendait compte de leur présence, personne ne faisait attention à eux. Ils essayaient de communiquer, mais ils n'y réussissaient jamais. Personne ne paraissait savoir qu'ils étaient là."

La rencontre avec des guides ou des défunts

Le contact avec les " chers disparus " peut avoir lieu à un moment quelconque des phases précédentes, voire se prolonger tout au long de la NDE. Ces retrouvailles suscitent un vif sentiment de bonheur. Si le plaisir de ces rencontres est réciproque, au bout d'un certain laps de temps, les défunts retrouvés invitent généralement le visiteur à rebrousser chemin et à réintégrer son corps.

" Avec moi il y avait mon frère aîné qui était mort quand j'étais encore un gosse. Je ne pouvais pas le voir, mais je savais qu'il était tout près de moi, il m'a même tapé sur l'épaule en me disant : " C'est vraiment comme tu veux... tu peux rester et je serai à tes côtés et tout ira bien. ". L'expérienceur communique avec eux grâce à une sorte de langage télépathique qui autorise un échange de pensées et d'émotions instantané.

La perception de la lumière

Il s'agit maintenant d'une luminosité intense : " mille fois plus puissante que le soleil ". L'extrême clarté envahit peu à peu tout l'espace sans que, paradoxalement, il en soit ébloui. Certains témoignages situent cette vision dès l'entrée dans l'espace sombre, sous forme d'un point lumineux qui s'agrandit au fur et à mesure de la progression du sujet. Selon d'autres descriptions elle n'intervient qu'après la sortie de la zone d'obscurité, brutalement parfois. Les nuances relevées varient du blanc très brillant à l'orangé ou au doré, parfois au rougeoyant ou au bleuté, mais les descriptions s'attardent davantage sur son intensité et sur le rayonnement dont elle emplit tout l'espace.

L'être de lumière

Parmi les expérienceurs parvenus à ce stade de l'EMI, un faible pourcentage, quelques-uns estiment avoir été en symbiose avec tout l'univers, évoquant un sentiment de fusion avec le cosmos et de savoir universel . Ils ont connu un état d'expansion de la conscience difficile à décrire, là aussi, et disent avoir possédé une faculté de perception infiniment supérieure à celle de leur état habituel de conscience. Même s'ils ne gardent qu'un souvenir flou de leur " enseignement " ils affirment qu'à cet instant précis de leur expérience ils possédaient l'explication de toute chose. Si le bouleversement émotionnel alors ressenti est toujours parfaitement mémorisé, ce n'est pas le cas, hélas, de cette connaissance illimitée. D'autre part, beaucoup se plaisent à souligner l'impression de familiarité ressentie de " l'autre côté ", comme s'ils étaient revenus chez eux après une brève absence. Il est fréquent que l'entité lumineuse se voie attribuer une identité : Dieu, Jésus, Allah, Mahomet, Bouddha, la Vierge, un saint, un prophète, un messager divin ou quelque autre figure emblématique de la religion de l'intéressé.

Ces apparitions sont incontestablement en relation directe avec la culture religieuse de l'expérienceur, subjugué par le réalisme de ces représentations -- difficile cependant d'affirmer que ces interprétations ne sont pas faites a posteriori, lorsque le sujet se remémore les visions. C'est un élément culturel du même ordre qui préside sans aucun doute au choix des sites merveilleux qui accueillent le visiteur : cités étincelantes d'or et paysages paradisiaques. La vision de ces tableaux exprime un ravissement des sens, une profonde extase.

Le bilan

L'intéressé assite au bilan de sa vie passée qui se déroule devant ses yeux sans qu'il lui soit demandé le moindre effort de mémoire. L'expérienceur perçoit les menus détails de chaque scène et en ressent toutes les émotions ; les siennes tout autant que celles des autres protagonistes. " L'Être de lumière ", ainsi que le désigne Moody en se faisant l'écho des paroles de nombreux témoins, se montre compréhensif et compatissant. Il se garde de tout jugement moral, laissant au sujet lui-même le soin de le faire. Il est intéressant de noter que bien des d'expérienceurs estiment s'être livrés à une sorte d'auto-jugement, considérant "l'Être de lumière " comme l'émanation transcendée de leur propre conscience. Dans quelques récits il est également fait mention d'une impression de moquerie amusée manifestée par la lumière.

La frontière et le retour

Vient le moment où l'expérienceur, même s'il n'a pas parcouru l'ensemble des phases précédentes, rencontre une sorte de frontière matérielle ou symbolique : barrière, grille, porte, fleuve, orée d'un bois, montagne, ravin, souvenir des proches laissés en arrière ou sentiment de responsabilité à leur égard (enfants), notion d'une oeuvre, d'un destin ou d'une vie inachevés... À son grand regret, encore sous le coup des extraordinaires sentiments d'amour, de paix et de joie qu'il a connus, l'expérienceur doit réintégrer une enveloppe charnelle souvent douloureuse et revenir à une vie qui lui semble, comparativement, triste et futile. D'autres fois c'est de sa propre initiative que l'expérienceur revient dans son corps, généralement parce qu'il pense que son rôle ici bas n'est pas achevé.

Qu'en reste-t-il ?

Les personnes ayant vécu une telle expérience en sont profondément modifiées. Elles ont la certitude de la réalité de cette expérience, elles revoient leur échelle des valeurs, relativisant les problèmes matériels et privilégiant l’amour et la compassion. Elles pensent qu’il est fondamental de devenir responsable de ses actes, de réparer volontairement ses fautes, de pardonner...
Ce changement de repères influent sur la qualité de sa relation aux autres et n'échappent pas à son entourage.

Elles ont pris conscience qu’il n’y a d’autre jugement sur leur comportement terrestre que le leur propre, que l’évolution des êtres ne se termine pas avec la mort mais qu’elle se prolonge dans l’Au-Delà, donc qu’il ne faut pas avoir peur de la mort.

Tout ce chemin permet d’atteindre un état de conscience plus élevé. Il est d’ailleurs intéressant de noter que certains sujets auraient acquis des dons paranormaux après une N.D.E.ou E.M.I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
E.M.I / N.D.E
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Temple du partage des thèmes :: les thèmes à partager, de A à Z.. de 0 à l'infini... :: Au-delà(l') --
Sauter vers: